L’étude très sérieuse rendue cette semaine par le GNPP aura duré quatre ans et elle permet de faire une constatation ne souffrant d’aucun doute : les journalistes hommes et femmes seraient tous des bons coups au lit.

L’étude a été dirigée par la célèbre sexothérapeute Clara Morgane. Elle était à la tête de plusieurs équipes afin de réunir des informations statistiques à base de témoignages, mais elle a aussi abordé un angle psychanalytique du phénomène. Voici ce que nous apprend cette étude :

Vous avez plus de chance de conclure si vous faites du sport.

Malgré tout ce qu’on pouvait croire, chez le journaliste homme, la taille des pieds n’a rien à voir avec la taille de son sexe.

Les journalistes du Sud de la France, même si ils se vantent du contraire, ont moins de partenaires que ceux des autres régions.

Les utilisatrices et utilisateurs de matériel Apple seraient plus performants et endurants. Mais les experts ne peuvent pas confirmer complètement qu’il y a un lien de cause à effet.

Clara Morgane explique que les performances sexuelles des journalistes sont en parti liées à leurs aptitudes humaines, celles qu’ils mettent en œuvre dans le cadre de leur activité. L’écoute, l’empathie et le don de soi contribuent en effet grandement à faire d’eux des journalistes doués mais aussi des amants exceptionnels.

Note de la rédaction : L’étude se base exclusivement sur des cas de relations sexuelles consenties.

Related Article

Write a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *